Marion BENEFICE
Cabinet de Sophrologie et de Thérapies Holistiques

La Sophrologie pour qui? pour quoi?

La Sophrologie pour qui? pour quoi?

Mise au point en 1960 par le Dr Alfonso Caycedo, psychiatre colombien, la sophrologie est une méthode corporelle et psycho-corporelle, qui vise un mieux-être à travers la conscience du corps, une conscience de soi (de ses émotions, ses sentiments, ses valeurs…). Elle s’appuie sur des techniques de relaxation, de respiration et d’action positive afin de favoriser et développer les potentialités de chacun.

La sophrologie face aux blocages de l’enfant :


Échec scolaire, troubles du sommeil ou de l’endormissement, énurésie, petites phobies ou grosses angoisses : nombreux sont les petits maux (le très courant « j’ai mal au ventre ») et gros bobos de l’enfance et de l’adolescence faciles à résoudre par le biais de la sophrologie. On obtient de très bons résultats rapidement avec les enfants et les adolescents coopérants car ils ont encore cette spontanéité, cette sensibilité et ce rapport au corps et au temps présent que les adultes ont souvent perdu. On observe une amélioration de la concentration et la capacité à gérer ses émotions chez les jeunes et les adolescents sensibles à la sophrologie.

La sophrologie face au mauvais stress :


Insomnies, symptômes gênants ou handicapants (Herpes, eczema, migraines, bruxisme, palpitations…), douleurs diverses (articulaires , dorsales , gastro-intestinales…) et problèmes digestifs constituent autant de symptômes de somatisation souvent imputables au stress chronique et pour lesquels un entrainement sophrologique régulier est recommandé. Grâce à des techniques adaptées à chaque cas, la sophrologie permet en effet de prévenir efficacement ce genre de tracas et de ne pas systématiquement recourir aux médicaments (laxatifs, somnifères, calmants, antidouleurs…).

Il s’agit avant tout de puiser en soi les ressources pour :

  • Savoir reconnaître les tensions corporelles ;
  • Prendre conscience de son état corporel ;
  • Apprendre à « s’écouter » (il s’agit de l’écoute de ses sentiments et de ses sensations) ;
  • Somatiser le positif ;
  • Éliminer les tensions ;

Tout cela dans le but d’être sujet de son propre corps et de cesser de le considérer comme une simple enveloppe que l’on subit.

La sophrologie, l’alliée des sportifs :


Au-delà des capacités techniques et tactiques liées au sport pratiqué, le niveau de toute performance sportive est largement influencé par la connaissance de soi, le contrôle des émotions, la concentration, la motivation et la capacité de persévérance. Il s’agit d’une dimension sportive tout autant voire plus importante que la maîtrise technique et qui représente un facteur décisif dans le fait de gagner ou de perdre, de dépasser ou non les objectifs fixés.
De plus en plus de sportifs de haut niveau utilise la sophrologie dans leur quotidien comme dans leur pratique (Yannick Noah, Jorge Lorenzo (moto GP), Justin Hénin, Raphael Nadal…).

Photo : Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.